lundi 27 avril 2015

A force de rêver, on oublie de vivre.


Je vis ou plutôt je me laisse vivre. N'apportant rien à la société, juste une présence humaine de plus. Et toi qui ne vois rien de tout ça, qui n'y prête même pas attention. Continuant de vivre ta vie de ton coté. Tu ne vois pas, tu ne me vois pas. Usée par tout ça. Pourtant bien des épreuves sont venus nous toucher mais cela n'a pas suffit. 

Je n'aspire qu'au désespoir, je ne vis qu'à travers mes rêves et cela fait beaucoup plus souffrir qu'autre chose. Pourtant, ce n'est pas que dans ma tête, du moins, je l'espère. Je me sens épiée, je suffoque et je ne tiendrai plus longtemps. J'ai tenu suffisamment, écoute moi, regarde moi, laisse moi m'en aller.

2 commentaires:

  1. Un texte triste...pour une photo remplie de mystères...

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir pris le temps de lire. ^^

    RépondreSupprimer